accueil

galeries

nouvelles icônes

icônes disponibles

étapes création 

expositions

commandes

cours ateliers

conférences

réflexions

 liens

boutique

présentation personnelle

 contact

ICÔNES DE LA RESURRECTION

 

L'ANASTASIS ou LA DESENTE AUX ENFERS

"Tu es descendu sur terre pour chercher Adam que tu voulais sauver : mais, ô Maître, sur la terre ne le trouvant pas, jusque dans l'Enfer Tu es allé le rechercher." (Samedi matin, matines)

 

 

  

 
 

Icône officielle de la Résurrection, elle représente la Descente du Christ aux enfers, événement mystérieux mentionné dans le Symbole des Apôtres, et que l'on situe le Samedi Saint. Le Sauveur nimbé de lumière, descend dans le lieu où étaient supposées résider les âmes des défunts. Il arrache Adam et Eve aux ténèbres de la mort, prison dont il piétine les portes brisées. Ainsi, ce n'est pas directement la Résurrection du Seigneur qui est montrée mais sa conséquence : par sa Mort et sa Résurrection, le Christ libère l'homme de la mort et lui donne sa vie. Quelques personnages assistent à l'événement : Jean-Baptiste, qui précède et annonce le Sauveur dans la mort comme dans la vie, et les rois prophètes David et Salomon, ancêtres du Christ.
 

 

 

L'APPARITION DU CHRIST A MARIE-MADELEINE

L'apparition du Christ ressuscité à Marie-Madeleine est un épisode du cycle pascal qui est secondaire et tardivement représenté en iconographie. Le modèle de cette icône est crétois et remonte au XVIème siècle.

 

 

 

AUTRES ICÔNES DE LA RESURRECTION

 

 

 

 

 

L'ASCENSION

 " Ayant accompli en notre faveur ton œuvre de salut, après avoir uni les cieux et la terre et les hommes avec Dieu, dans la gloire, ô Christ notre Dieu, tu montas vers le ciel sans pour autant nous délaisser, mais restant toujours parmi nous et disant à ceux qui conservent ton amour : Je suis toujours avec vous et personne à jamais ne peut rien contre vous ". (kondakion, ton 6).

 

 

 Les icônes suivent de près le récit de St Luc (Ac1,9-11): Le Christ est emporté dans la gloire, trônant et bénissant, alors que deux anges en blanc renvoient les apôtres à leur mission. Seule la Mère de Dieu est rajoutée au centre de la composition. Elle rappelle que le Seigneur monte auprès de son Père avec son corps transfiguré, ressuscité, mais corps qui a préalablement été conçu en elle. C'est donc l'humanité entière qui est glorifiée dans le Christ, et est associée définitivement à la Trinité.
Après la Résurrection, Paul est toujours représenté dans le collège des apôtres, faisant pendant à Pierre, malgré l'anachronisme de la situation. Mais le temps n'a pas beaucoup d'importance. Paul a acquis sa place privilégiée parmi les apôtres, en devenant l'apôtre des " gentils ". De " dernier des apôtres ", il est devenu premier.

 

LA PENTECÔTE

Les apôtres, avec à leur tête Pierre et Paul, comme dans l'icône de l'Ascension, sont assis en demi-cercle. Le Ciel s'ouvre au-dessus d'eux et les langues de feu descendent sur chacun. A leurs pieds, on peut voir un vieillard couronné portant douze rouleaux dans un linge : il s'agit de la personnification du cosmos, de l'univers, qui va recevoir l'annonce de la Bonne Nouvelle par les apôtres. Marie n'est en principe pas représentée, bien qu'elle ait été présente au cénacle. C'est parce que ce qui est montré là, n'est pas une illustration de la scène mais son sens. La place au centre, laissée vide, est celle du Christ, et l'icône montre la plénitude ecclésiale instituée par la réception de l'Esprit Saint.